Avertir le modérateur

mercredi, 30 mars 2011

Interview- Moussa Saib:« GUY ROUX ? COMME UN PÈRE »



Moussa Saïb, que faites-vous aujourd’hui ?


Pour le moment, je ne fais rien de spécial. Je suis en train de gérer ma vie tranquillement. Je profite de ma vie de famille. Je suis retiré de la vie sportive. Avant, j’étais consultant pour Canal Plus Maghreb. Mais comme ils ont arrêté, je ne fais plus rien. J’ai une fille dont je m’occupe. Je sors souvent manger avec des amis avant de rentrer vers 19h00 à la maison.





Vous êtes un ancien international algérien. Que pensez-vous de la victoire des Verts contre le Maroc dimanche (1-0) ?
Heureusement que l’Algérie a gagné. On n’avait pas le choix, surtout après les deux premiers matchs mal gérés par l’Algérie. Contre le Maroc, on n’avait pas le droit à l’erreur. Ce qu’il faut retenir de ce match, ce sont les trois points qui permettent à l’Algérie d’être toujours dans le coup et de retrouver de la confiance. Cela permet de préparer sereinement les trois dernières journées.





L’ambiance de feu au stade d’Annaba a dû vous rappeler quelques souvenirs…
Oui, c’est vrai. C’était mon premier match international. À l’époque, j’étais un gamin et je jouais un match qualificatif pour la Coupe du Monde. C’était fabuleux.





En France, vous avez brillé à Auxerre durant les années 1990. Que retenez-vous de cette période ?
C’est ma meilleure période en club. C’est là où j’ai gagné tous les titres. L’un des plus beaux titres que j’ai gagné, c’est le doublé championnat-Coupe de France avec Auxerre en 1996. Ce n’est pas donné à tout le monde de réaliser le doublé.





La Ligue des Champions était également un grand souvenir….
Je m’en rappelle très bien. J’étais champion de France. J’avais fini meilleur passeur du championnat et on a joué la Ligue des Champions puisqu’à l’époque, seul le champion était qualifié en Coupe d’Europe. On avait réalisé des matchs fabuleux. C’est une expérience inoubliable.





« Guy Roux nous donnait des trucs à manger vitaminés »

Guy Roux a dû jouer un rôle essentiel dans votre éclosion…
Oui, mais je ne suis pas le seul. Il a compté énormément dans la carrière de beaucoup de joueurs. Il a su comment gérer leur carrière sportive. C’était un peu comme un père pour nous. Il était toujours aux petits soins avec nous. Il est toujours présent.





Il a notamment été conciliant avec vous en période de Ramadan…
Au début, il était contre cela. Je ne jouais pas. Il m’a donné un argument en me disant que le corps humain était comme une voiture. Pour régler ce problème, il a appelé le recteur de Paris pour lui expliquer que je ne devais pas faire le Ramadan. Ce dernier lui a dit qu’un musulman pouvait ne pas jeûner s’il effectue 80 kilomètres dans la journée. Il est donc venu me voir pour me dire qu’il avait trouvé une solution pour que je ne le fasse pas. Il m’a demandé de faire l’aller-retour Auxerre-Sens puis de manger après. Je lui ai dit que je ne pouvais pas car je faisais le Ramadan par conviction. À partir de ça, il a respecté ma décision. Et c’est même lui qui nous donnait des trucs à manger vitaminés.





Quel regard portez-vous sur la crise traversée par Auxerre ?
C’est différent. Nous, chaque année, on jouait l’Europe avec Auxerre. On était toujours présent sur la scène européenne. Aujourd’hui, cela a beaucoup changé. Je ne comprends pas comment cela a pu basculer du mauvais côté en peu de temps. C’est dur de se retrouver du jour au lendemain à jouer le maintien après avoir affronté le Real Madrid ou l’Ajax d’Amsterdam en Ligue des Champions.





« Le climat anglais m’a effrayé »



Après votre passage à Auxerre, vous êtes passé par Valence puis Tottenham. Pas un franc succès…
On ne peut pas réussir partout. J’ai eu une carrière fulgurante à Auxerre. C’est vrai que j’ai eu un petit passage à vide à Valence et Tottenham. Mais je ne regrette rien par rapport à tout ce que j’ai accompli durant ma carrière. J’ai côtoyé les plus grands joueurs et les plus grands entraîneurs. J’ai également joué dans trois championnats totalement différents (France, Espagne, Angleterre). C’est fabuleux pour moi.





Avant de signer à Valence, vous avez failli signer à Arsenal. Pouvez-vous revenir sur cet épisode ?
C’est simple. À l’époque Arsène Wenger, qui était déjà l’entraîneur d’Arsenal, était venu me voir à Paris. J’étais avec mon manager. À ce moment-là, au mois de décembre, il me restait un an de contrat avec Auxerre. J’ai alors signé un pré-contrat avec Arsenal. Tout était réglé au mois de décembre pour pouvoir signer le contrat au mois de juin. Mais c’est le climat anglais qui m’a effrayé. C’est pourquoi je me suis décidé à signer à Valence car c’est le même climat qu’en Algérie. J’avais 24 ans. Je me suis dis que cela ne servait à rien d’aller en Angleterre. J’ai fait un choix. Peut-être le seul de ma carrière que je peux regretter.





Durant votre carrière, il y a souvent eu des blocages entre vos clubs et la sélection algérienne. Qu’en pensez-vous ?
Oui mais c’est un peu normal. Il faut comprendre l’entraîneur du club, puisque c’est ton employeur et il te paie. Pendant une semaine, tu es obligé de t’absenter. Quand tu es une pièce maîtresse de ton équipe, ce n’est pas facile. J’ai eu un problème avec Auxerre car il y’avait un match avec l’Algérie en même temps. C’est alors que Guy Roux m’a dit que je ne pouvais pas partir en sélection. Finalement, je suis parti avec l’Algérie et Guy m’avait menacé. Tout est rentré dans l’ordre après. A l’époque, on n’était pas protégé par la Fédération mais on venait pour le drapeau…





« Le problème, ce sont les instances en Algérie »



Ne regrettez-vous pas de ne pas avoir joué une Coupe du Monde ?
Oui, mais j’ai joué une Coupe du Monde des clubs (rires). Malheureusement, l’Algérie traversait une série noire quand je jouais en sélection. C’était difficile de se qualifier en Coupe du Monde. Mais j’ai quand même gagné la Coupe d’Afrique des Nations en 1990. Les mondialistes 2010, eux, n’ont pas de Coupe d’Afrique (rires).





Vous êtes souvent arrêté en plein Paris. Votre cote de popularité n’a pas changé auprès du public…
Cela fait énormément plaisir. Quand je jouais, je ne pouvais pas me rendre compte de l’impact que j’avais sur les gens. Même si cela fait dix ans que j’ai arrêté le haut niveau, les gens se rappellent encore de toi. C’est là que je me rends compte que j’ai fais quelque chose durant ma carrière.





La plupart des footballeurs prennent du poids une fois en retraite. Pas vous. Quel est votre secret ?
Je m’entraîne régulièrement. Je fais des matchs avec des amis de temps en temps. Je ne bois pas d’alcool et je ne fume pas non plus. J’essaye de maintenir une certaine hygiène de vie.





Accepteriez-vous un retour sur la scène sportive ? Au sein du football algérien par exemple…
Oui, pourquoi pas. Il ne faut pas être égoïste dans la vie. J’ai joué au football pendant dix ans. J’ai côtoyé trois grands championnats. Sans parler de mon expérience en Arabie Saoudite et aux Émirats. Le problème, ce sont les instances en Algérie. Personne ne m’a sollicité en Algérie alors que je suis prêt à y aller. Ce n’est pas moi qui vais frapper à la porte. C’est dommage, mais peut-être que les gens ne veulent pas de nous. In Football365





www.AlgerFoot.com



12:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

JO 2012 : ELIMINATOIRES EN ALGÉRIE ?





En cas de qualification des Fennecs, l'Algérie présentera sa candidature à la CAF pour accueillir le tournoi final des éliminatoires des Jeux olympiques de Londres 2012, a annoncé mardi la FAF.



L'Algérie va présenter sa candidature à la CAF pour accueillir le tournoi final des éliminatoires des Jeux olympiques de Londres 2012, prévu en décembre prochain, en cas de qualification des Algériens à ce tour, a annoncé lundi la Fédération algérienne de football (FAF). Ce tournoi opposera les huit équipes qualifiées à l'issue du dernier tour du 2 au 18 décembre 2011 dans l'un des pays africains qualifié. Les trois premiers de ce tournoi seront qualifiés directement pour less JO 2012.



www.AlgerFoot.com



12:24 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

La presse marocaine très critique envers Gerets






L’ensemble de la presse marocaine a été très critique, hier, envers le sélectionneur belge, Eric Gerets, après la défaite des Lions de l’Atlas, dimanche, à Annaba, face à l’équipe nationale algérienne (0-1) pour le compte de la 3e journée du groupe D comptant pour les éliminatoires de la CAN-2012.





Les quotidiens en langues arabe et française ont été unanimes à attribuer cette contre-performance au manque de vision du technicien belge, qui n’a pas su faire les bons choix tactiques face à son adversaire algérien. Libération a estimé, en


titrant : «Benchikha a eu raison de Gerets» que le coach marocain donnait l’impression d’être «un entraîneur amateur, pas de changement suite au penalty, ni au niveau de la tactique, ni au niveau des postes des joueurs». Titrant à la une : «Sortie ratée des Lions de l’Atlas à Annaba», le journal Al Bayane a souligné que «l’entraîneur des Fennecs, Abdelhak Benchikha, a surpris son homologue Eric Gerets, qui a tout simplement raté sa première sortie officielle», ajoutant qu’il «assume une grande responsabilité de la défaite du Maroc. Il n’a pas bien fait ses calculs, il n’a pas bien géré ce choc maghrébin qui se jouait sur des petites choses. Le côté technique s’est éclipsé pour laisser place à celui tactique, bien négocié par les Algériens». Pour le quotidien généraliste Le Matin, «Les Lions de l’Atlas sont revenus bredouilles de leur déplacement à Annaba» et «l’équipe d’Algérie a réduit à néant le rêve de repartir d’Annaba avec les trois points de la victoire».





Le journal reconnaît que «les Lions de l’Atlas ont subi la loi des Fennecs». «Les Algériens ont mérité ce succès contre une équipe du Maroc qui a franchement déçu, et Abdelhak Benchikha a réussi son pari de prendre les trois précieux points face au Maroc qui permettent à l’équipe d’Algérie de se relancer». Le quotidien économiste Les Echos a souligné que «les Lions n’ont pas rugi à Annaba», affirmant que les Marocains «n’ont pas été au rendez-vous. Trop confiant avant son premier match officiel, Eric Gerets a été victime de son orgueil. Une défaite à oublier, car il faudrait dès maintenant tirer les leçons et essayer de rectifier le tir avant le match retour». Sous le titre : «Lamentable», le journal Le Soir échos note, quant à lui, que «pour son premier match officiel, Eric Gerets n’a pas réussi son pari de battre l’Algérie, le onze national n’a pas non plus convaincu et la démobilisation a été totale». Le quotidien L’Opinion s’est interrogé de son côté «entre l’équipe nationale de Lemerre (ex-entraîneur du Maroc ndlr) et Gerets, y a-t-il un changement ?» Et de répondre : «Un peu, beaucoup, oualou (rien)», car «Gerets n’a pas apporté ce sang nouveau, cet espoir de voir les choses bouger». Sous le titre «Eric Gerets perd sa première épreuve», le journal Aujourd’hui le Maroc considère pour sa part qu’avec lui «on assiste à une sorte de répétition de l’histoire : des victoires en matches amicaux et des pertes là où on ne s’attend pas», ajoutant qu’il faut «chercher à générer une victoire dans les matches officiels qui décident de l’avenir de l’équipe nationale».





La presse en langue arabe n’a pas non plus été tendre avec le coach belge. Pour Akhbar Al Yaoum, «Gerets a échoué dans son premier examen officiel» et «n’est qu’un entraîneur ordinaire qui a suivi la rencontre du banc de touche comme un débutant». «Combativité de la sélection algérienne et égarement de Gerets font perdre la première place du groupe à l’équipe marocaine», estime, pour sa part, le quotidien en langue arabe Al Massa qui souligne que le sélectionneur a étonné tout le monde par sa mauvaise gestion du match en se contentant du rôle de spectateur sans apporter des corrections aux défaillances de l’équipe sur le terrain. Quant au quotidien Essabah, qui a titré : «Gifle algérienne après 30 ans», il a noté que «la sélection marocaine échoue dans sa première sortie avec Gerets et occupe la même position que les autres équipes du groupe.





Le commentateur du journal n’a pas manqué de rappeler que «l’entraîneur belge a dirigé sa première rencontre officielle avec une équipe nationale après avoir passé toute sa vie comme entraîneur de club». Sous le titre : «On est tombé dans le piège», le bihebdomadaire sportif Almountakhab a, de son côté, considéré que la première sortie officielle Gerets «n’a été nullement triomphale, puisqu’il a échoué dans la gestion du match dans lequel les Lions de l’Atlas ont manqué de vision, de fond de jeu et de créativité». Pour le bihebdomadaire El Massae Erriadhi, «l’entraîneur n’a pas puisé dans son savoir-faire et ses capacités afin de renverser la situation» après le but de l’Algérie, soulignant qu’il n’a pas rectifié son style de jeu et n’a pas joué avec le mental de quelqu’un qui cherche à revenir au score».APS





www.AlgerFoot.com



12:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Maroc : Chamakh sanctionné par la CAF?







La défaite du Maroc en Algérie (1-0) est restée en travers de la gorge de Marouane Chamakh. Après la rencontre, le buteur d’Arsenal avait en effet fustigé l’arbitre, Rajindraparsad Seechurn. “Je ne comprends toujours pas comment on a pu désigner cet arbitre pour une telle rencontre. Il a dirigé notre match face à la Tanzanie. Et là, il a arbitré une deuxième fois consécutive un match du Maroc. Il a faussé toute la partie”, a ainsi lâché le Gunner, visiblement mécontent. Par la suite, il serait également allé dire ses quatre vérités à l’arbitre mauricien du match. Une attitude qui ne plaît pas en île Maurice. Le président de la fédération mauricienne, Vinod Persunnoo, a en effet annoncé qu’il allait saisir la Confédération Africaine de Football au sujet des déclarations de l’ex-Bordelais. “Je vais prendre, de ce pas, contact avec la Confédération Africaine de Football pour savoir de quoi il en retourne”, confie-t-il dans le journal local, L’Express. Il n’est pas exclu que la MFA réclame des sanctions contre le Gunner suite à ses allégations.





www.AlgerFoot.com



12:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

mardi, 22 mars 2011

أنا فهمتكوا.....Je vous ai compris

Israel bombarde le civils à Gaza. Où est la coalition internationale pour sauver les civils? Où est Al Jazeera pour parler de ça avec sa grande artillerie de propagande? CNN est largement plus crédible dans le traitement de l’information du conflit Libyen.

 

En Libye des manifestants prennent des armes après 3 jours pour constituer des milices et attaquer des casernes militaires, des policiers, et des civils. Pourquoi en Tunisie et en Egypte le peuple réprimé avec violence n'a pas pris les armes?

 

L'armée régulière en Libye est appelée par tous les médias occidentaux et Al Jazeera (Kataib Al Kadafi - Brigades de Kadhafi) et les autres se ne sont pas des rebelles armés mais des civils.

 

D'accord Khadafi est un dictateur fou qui tue son peuple comme plusieurs autres dictateurs soutenus depuis toujours par les Occidentaux, mais pourquoi on n'intervient pas pour sauver les civils Palestiniens sous embargo et sous les missiles depuis plusieurs années?

 

Pourquoi pas en Cote d'ivoire ou la police de Gbagbo a massacré des civils et des femmes qui manifestaient pacifiquement le 08 Mars dernier ? Ah. Pardon .....L’affaire n'est pas du tout rentable avec le Cacao ivoirien par rapport au Pétrole Libyen.

 

Pourquoi pas au Bahreïn, un pays ou on tue les civils et l'armée des pays du golf intervient avec la force des blindés et des kalachnikov pour sauver toutes les monarchies du coin ?

Le Qatar qui annonce sa participation aux opérations, c'est le ridicule qui tue pour ce petit pays ou son Émir a fait un coup d’état à son propre papa.

 

 

Pour Sarko avec ses tics et tocs, rien a dire; c'est le champion stratégique des loosers et il compte se rattraper après maintes humiliations de la diplomatie Française dans la gestion des différentes situations, en Tunisie ou en Egypte, lorsque Sarko et compagnie ont soutenu les dictateurs Ben Ali et Moubarak contre les peuples, puis l'humiliation subie après la mort au Niger de ses citoyens kidnappés par des ravisseurs d'Al Qaida du Maghreb, avec des frappes par erreur des forces spéciales de Super Sarko.

Sans oublier la gifle mexicaine reçue par la diplomatie de Monsieur « Casse toi pauvre Con » dans le traitement de l’affaire Cassez; la condamnée à mort française au Mexique. Et voila, la suite; l’année du Mexique en France vient d’être annulée. « Nous avons refusé d'être instrumentalisés à des fins politiques. Nous sommes désolés de la situation tendue entre la France et le Mexique mais ce pays n'est pas une république bananière et nous avons maintenu, au maximum, la programmation mexicaine initialement prévue pour ces 23e Rencontres » expliquait Francis Saint-Dizier, président de l'Arcalt, organisatrice mexicain de l’événement.

 

 

 

 

N y'a t'il pas une procédure contre Chirac en France, le pays des droits et de la liberté, pourquoi donc ne pas suivre ce chemin pour enquêter sur le financement de la campagne présidentielle de Sarko par Kadhafi. Mais Non Kadhafi c'est un fou menteur et il ne faut pas croire ce qu'il dit.

 

Quant aux frappes aériennes des alliés soyez certains ce sera des frappes chirurgicales comme d'habitude et aucun civil ne sera touché et si par malheur il y'a des morts du coté des civils, Cela est facile à expliquer ; ce sera soit Kadhafi qui les utilises comme bouclier humain, soit C'est Kadhafi qui les a tué à coup de Canif. Facile à expliquer. Silence laissez-les tuer et tester leurs avions, et munitions pour sauver l’humanité des tirants et Vive la démocratie.

 

أنا فهمتكوا.....Je vous ai compris

 

 

 

Mouh ECHARIF

www.DZinfos.com

11:58 Publié dans Coup de Gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, france, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

jeudi, 17 mars 2011

Nedjma, nouveau Sponsor Officiel de l’ASO Chlef






Nedjma vient de signer aujourd’hui un contrat de sponsoring avec l’ASO Chlef.



L’ASO Chlef actuel leader du championnat de Ligue 1 pro, était depuis plus de 3 années partenaire de Djezzy.



http://algerfoot.com/



00:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

mercredi, 16 mars 2011

Boudebouz: « J`ai hâte »






Le milieu offensif international algérien Ryad Boudebouz ne cache pas son impatience de disputer le choc capital face au Maroc, le 27 mars dans le cadre des éliminatoires de la CAN Orange 2012.





Sélectionné pour le choc Algérie-Maroc du 27 mars, Ryad Boudebouz a hâte d’en découdre. « J’ai vraiment hâte de jouer ce match, avoue le Fennec dans un entretien à Maroc Football. Pour nous, c’est le match qu’il faut gagner pour rester dans la course à la qualification. Et c’est surtout un derby qu’on avait perdu face au Maroc lors de la CAN 2004 en Tunisie… On évoluera à domicile devant un public exigeant. Pour se relancer dans la course à la qualification, il faut absolument battre le Maroc à domicile. Et ensuite réaliser de bons résultats face au Centrafrique et à la Tanzanie et à partir de là, on pourra envisager une qualification. On n’a pas le droit à l’erreur », résume Boudebouz.





Relancé à propos du déficit de matches de préparation côté algérien, le Sochalien relativise : « Je ne pense pas que cela soit un handicap pour nous. C’est un groupe qui se connaît très bien. Et puis on aura une semaine pour bien se préparer. C’est à nous de faire les choses bien, afin de préparer dans les meilleures conditions cette confrontation. »





http://algerfoot.com/



23:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

MAROC – GERETS : « ON N’A PAS PEUR »






I
nterrogé sur le choc du 27 mars, le sélectionneur belge du Maroc, Eric Gerets, ne s’est pas privé de mettre la pression sur l’Algérie, rappelant que les Fennecs étaient condamnés à gagner.





La tension monte au fur et à mesure que le choc Algérie-Maroc du 27 mars approche. Pour le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Eric Gerets, la pression sera avant tout sur les Fennecs. « Il est clair qu’on est dans une meilleure position psychologique, a estimé l’ancien coach de l’OM sur la chaine marocaine Medi1-Sat. On n’a pas peur, on est dans une meilleure situation que notre adversaire surtout qu’en cas de défaite ils seront éliminés. Sur le plan collectif on avance bien, et les joueurs sont déterminés à frapper un grand coup dans ce derby », a conclu Gerets, dont l’homologue algérien, Abdelhak Benchikha doit tenir un point de presse à Alger ce mercredi.





www.Algerfoot.com



23:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu